Les médicaments


Cette page a pour objectif de regrouper de manière synthétique les grandes familles de médicaments dans le traitement des maux de ventre (qu'il s'agisse de la colopathie, de la laxophobie, de la maladie cœliaque...).

Cette présentation regroupe les traitements allopathiques, homéopathiques et les méthodes naturelles.

Attention :

  • Cette page est sommative et informative. En aucun cas elle ne doit servir de base à une auto-médication incontrôlée.
  • Les médicaments sont des substances actives et potentiellement nocives si mal utilisées.
  • Rien ne remplace une visite ou la demande de conseils auprès d'un pharmacien ou d'un médecin.

Rappel : seul ce dernier peut juger bon de vous prescrire un médicament à des doses précises !

Les médicaments agissant sur la muqueuse intestinale

Les pansements gastriques

Il s'agit de sachets à diluer dans de l'eau ou éventuellement d'autres boissons. On retrouve les deux plus connus: le Smecta et le Bédélix. On trouve aussi le Pepsane, le Polykaraya, l'Actapulgite...reposant sur le même principe.

Ils recouvrent la muqueuse intestinale, permettant de soulager l'inflammation due aux colites. Ils ralentissent aussi la diarrhée, le météorisme et le gonflement abdominal.

Attention : ces médicaments peuvent empêcher l'absorbtion d'autres médicaments (à voir avec votre médecin).

Les anti-diarrhéiques

On retrouve le fameux Immodium et son petit frère l'Immodium Lingual (à prendre sans eau). Il existe aussi d'autres marques (Arestal, Torphanore...). La substance active est le Lopéramide. Il ralentit l'activité sécrétoire des intestins et soulage les spasmes abdominaux. Les laxophobes l'utilisent de manière préventive (même s'il n'a sans doute qu'un effet placebo), les colopathes en traitement de la diarrhée déclarée.

C'est une aide ponctuelle et efficace. A prendre sur une très courte durée (2/3 jours maximum) car le Lopéramide entraîne une modification du rythme naturel et peut aggraver les symptômes en particulier chez les laxophobes (volonté de contrôle du rythme intestinal). D'autres existent qui contiennent le même principe actif mais ils sont disponibles sur ordonnance.

Les antispasmodiques

L'objectif ici est de calmer l'activité nerveuse, les contractions de l'intestin. Cela permet de soulager les douleurs, les crampes et aussi les effets secondaires de ces crampes (ballonnements, diarrhée, inconfort général).

Il en existe 2 types:

  • Les antispasmodiques anticholinergiques :
    Ceux-ci agissent directement au niveau nerveux en bloquant les récepteurs de l'acétylcholine. Gastrosedyl, Genatropine, Librax (anxiolytique de la famille des benzodiazépines : risque lourd de dépendance). Malheureusement, ces produits qui sont très efficaces comportent aussi un grand nombres d'effets indésirables : trouble de l'accommodation oculaire (maintien d'une pupille dilatée ou mydriase), augmentation de la fréquence cardiaque, sécheresse buccale, etc... On leur préfèrera donc l'autre catégorie d'antispasmodiques.

  • Les antispasmodiques musculotropes :
    Ils ont moins d'effets secondaires que les antispasmodiques anticholinergiques car ils agissent directement au niveau des muscles pour favoriser leur relâchement et lever le spasme.
    • Antispasmodiques musculotropes à visée digestive : Debridat, Modulon, Transacalm, Colopriv, Duspatalin
    • Antispasmodiques musculotropes antiflatulents
    • Antispasmodiques mixtes

Les médicaments agissant sur le psychisme et le stress

On retrouve deux grandes familles : les anxiolytiques et les antidépresseurs. Les premiers permettent de calmer les angoisses liées aux maux de ventre et diminuer l'intensité des crises spasmodiques (aide préventive), les seconds traitent les origines psychologiques des maux de ventre.

Les anxiolytiques

Ce sont des sédatifs de l'angoisse et de ses conséquences. Les plus souvent prescrits sont surtout les médicaments issus de la famille des benzodiazépines qui possèdent un effet anxiolytique significatif et rapide, en particulier sur les signes somatiques. Les médecins les prescrivent généralement pour une durée assez courte et de manière ponctuelle, car ils peuvent induire des effets de dépendance.

Ex: Xanax (alprazolam), Anxyrex et Lexomil (bromazepam), Valium (diazepam), Equitam (lorazepam), Halcion (triazolam), Havlane (loprazolam), Lysanxia (prazepam).

Attention aux effets de ces médicaments s'ils sont mélangés à l'alcool ou d'autres médicaments. Votre médecin doit connaître l'ensemble des médicaments que vous prenez pour déceler d'éventuelles interactions.

Rappel essentiel : les anxiolytiques ne sont qu'une réponse temporaire à une situation particulière. Rien ne remplace la confrontation à la phobie et le travail avec un psychiatre, un psychologue ou autre praticien qui peut vous aider à traiter la phobie (voir le chapitre sur les méthodes alternatives).

Les antidépresseurs

Les antidépresseurs sont en règle générale associés aux approches psychothérapeutiques qui demeurent essentielles. Le traitement sous antidépresseurs est souvent long (de plusieurs mois à plusieurs années) et nécessite des prises régulières. L'arrêt doit se faire de manière progressive en diminuant la dose dans un premier temps, et ce sous contrôle du médecin référent.

Voici quelques-uns des noms connus (évidemment uniquement sur ordonnance !) : Deroxat, Divarius, Floxyfral, Prozac, Zoloft, Seropram.

Ces médicaments sont dangereux si mal utilisés, ils ne doivent être pris que dans le cadre d'un contrôle médical strict.

Les analgésiques/traitements contre la douleur.

Plusieurs médicaments ont une action sur les douleurs abdominales. La notion de douleur abdominale est une notion vague, qui diffère d'un individu à un autre. Les médicaments cités ici sont parfois utilisés mais leur action varie d'un individu à un autre... et les effets secondaires aussi

Là encore, la liste n'est pas une invitation à la consommation mais peut-être le début d'une piste à tenter avec votre médecin.

  • L'Ixprim :
    La molécule est le dextropropoxyphène. C'est un anesthésiant, on l'utilise souvent pour les douleurs que le paracétamol ou l'ibuprofène ne soignent pas. Attention, s'il fonctionne pour certains, d'autres membres ont noté des effets secondaires gênants (nausées, vomissements...). A ne pas mélanger avec les médicaments contre le rhume, les anti-douleur classiques... et attention aussi au tube digestif qui peut être agressé par la molécule.

  • Le Doliprane :
    Un classique. Il peut aider à calmer des douleurs (inflammations) mais ne règle pas le souci du météorisme (ballonnements, crampes).

  • Le Spasfon :
    Un grand classique qui existe sous forme générique. Pris en Lyoc (à faire fondre sous la langue) il permet de calmer en quelques minutes les douleurs abdominales en particulier chez les colopathes. Disponible sans ordonnance.

Les méthodes naturelles.

Plusieurs traitements existent en pharmacie/parapharmacie et peuvent selon les individus apporter un soulagement temporaire. Voici une liste non exhaustive des choses à tenter :

Le charbon

Sous des noms comme Carbolevure, Charbon de Belloc, il peut atténuer le météorisme et les ballonnements les plus douloureux.

Les probiotiques

Les diarrhées et le stress mettent à mal la flore intestinale, les régimes sans lactose aussi. Les probiotiques permettent de restaurer la flore bactérienne non pathogène de l'organisme et ainsi d'éviter les risques de carences et d'affaiblissement du système immunitaire. On trouve ces probiotiques en pharmacie sans ordonnance (non remboursés).

La phytothérapie

  • Stress :
    Aubépine : réduit la sensation de palpitations
    Ballote : calme la dépression, l'anxiété, la fatigue nerveuse, les migraines et l'angoisse
    Passiflore : apaise le stress anxieux et les tensions musculaires
    Rhodiola rosea : permet à l'organisme de s'adapter aux situations stressantes
    Mélisse : relaxante et antispasmodique
    Valériane : sédative et antispasmodique

  • Spasmes intestinaux :
    Menthe poivrée : soulage les symptômes du syndrome de l'intestin irritable et de la dyspepsie
    Mélisse : relaxante et antispasmodique
    Valériane : sédative et antispasmodique

L'homéopathie

Gelsemium sempervirens 9CH : trac (avec tremblements, diarrhée...), anxiété...
Ignatia amara 9CH : trac, anxiété, aérophagie, tachycardie (rythme cardiaque élevé) émotionnelle, sensation de boule à la gorge...

Disponibles en pharmacie à l'unité ou préparés.

Pas de médicaments sous la main : que faire?

Quelques petits trucs pour soulager des maux de ventre sans se médicamenter :

  • La bouillotte : appliquée sur le ventre, elle calme les spasmes et les douleurs.
  • Le riz, cuit avec un peu de sel.
  • Les tisanes (mélisse, thym, verveine...).
  • Les huiles essentielles (lavande notamment).
  • L'eau plate à température ambiante : boire régulièrement, en petites quantités.
  • La douche ou le bain chaud permet de se détendre.

Rappels :

Cette liste a pour but de fixer les grandes lignes des traitement actuellement disponibles. Elle peut vous aider de manière ponctuelle, mais ne remplace en rien la consultation d'un médecin qui connaît mieux que vous ces médicaments.

Internet est potentiellement dangereux :

  • Il nourrit des angoisses, chaque cas est particulier!
  • L'achat de médicaments via le web peut être dangereux.
  • Seul le médecin peut vous autoriser à prendre tel ou tel médicament car il vous connaît. Les consultations à distance n'ont pas leur place ici.
Comments